Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’Avare par le Grenier de Babouchka au Théâtre le Ranelagh

Didier Lafaye,Philippe Arbeille,Olivier Girard,Pierre Benoist,David Mallet,Grégoire Bourbier,Mariejo Buffon,Stéphane Dauch,Etienne Launay,Bruno Degrines,Armance Galpin,Antoine Guiraud,David Ferrara,Stéphanie Wurtz Avec Cyrano et Le Cid, la troupe du Grenier de Babouchka nous a déjà régalé en ces lieux, pour cette fois il s’agit de l’Avare. Les pièces de Molière sont souvent jouées et reprises à toutes les sauces pourtant pour qui ne connaît pas les cinq actes, ou bien au contraire souhaite s'en délecter à nouveau, de cette comédie de caractère à la partition endiablée, cet Avare proposé au Théâtre le Ranelagh est idéal.

Caricaturé à l’extrême, l'Avare se vautre dans le plaisir de posséder son argent au détriment du reste. Tyrannique avec ses domestiques, égoïste avec ses enfants, sexiste avec les femmes, l’Avare est définitivement un personnage odieux même si sur les planches du Ranelagh l’humeur est aux rires et le personnage phare et ses acolytes sont loin d'être antipathiques.

Le Grenier de Babouchka offre une interprétation amusante, légère, assurément accessible au plus grand nombre comme l’aurait souhaité Molière. Les comédiens de la troupe sont tous formidables et ont un plaisir à jouer qui gagne le public. Parfois quelques traits caricaturaux semblent inutiles, il manque peut-être de quelques nuances de jeu, mais à quoi bon chipoter,  il en vaut mieux trop que pas assez, c’est le parti pris du metteur en scène Jean-Philippe Daguerre, l’écriture si intelligente de Molière suffit, le ton est à l’expressivité truffé de burlesque qui visent à se faire comprendre de tous. Louis de Funès quelque part planqué dans les hauts des cintres doit certainement veiller au grain... Les éclats de rire du jeune public sont la preuve d'une pièce réussie et le festin ne s’arrête pas là, il est à remarquer les somptueux et élégants costumes de Catherine Lainard qui signe un ensemble résolument chic par ces velours gris et soies orangées infusant la lumière. La place est belle pour ce Molière qui revigore l’esprit, oxygène les neurones et muscle les zygomatiques. Si vous avez un enfant (dès 8 ans) ou un ado sous la main (même très grand), embarquez-le !

Laurence Caron

A suivre, dans tout Paris : 
Théâtre Michel
Le Médecin malgré lui - Du 15 Octobre 2017 au 29 Avril 2018 
Le Bourgeois gentilhomme - Du 19 Février 2017 au 21 Mai 2018 

Théâtre Saint-Georges
Les Fourberies de Scapin - Du 07 Octobre 2017 au 02 Juin 2018 
Le Malade imaginaire - Du 14 Octobre 2017 au 12 Mai 2018 

Théâtre Le Ranelagh
L'Avare - Du 23 Septembre 2017 au 14 Janvier 2018 
Cyrano de Bergerac - Du 21 Octobre 2017 au 10 Mai 2018 
Le Cid - Du 18 Novembre 2017 au 19 Mai 2018

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel