Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Novecento au Théâtre Montparnasse

Elio DI TANNA,theatre montparnasse,Alessandro BARICCO,andré dussollier,Pierre-François LIMBOSCH,Sylvain GONTARD,Gilles RELISIEUX,Olivier ANDRÈS,Michel BOCCHI,Laurent CASTAINGT,Christophe CRAVERO,novecentoAu Théâtre Montparnasse, André Dussollier est épatant. Il ne danse pas, il joue un danseur. Il n’est pas musicien, il joue de la musique. En fait, il s’amuse tout le temps depuis le Conservatoire, en passant par la Comédie Française, André Dussollier s’éclate ! Passer sa vie à « jouer » c’est certainement la raison de ce regard qui pétille, ce sourire scotché, cette allure adolescente et cet entrain si communicatif.

Novecento d’Alessandro Baricco est pourtant une histoire tragique. Le conte fantasque de Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento né en 1920 à bord d’un Transatlantique, un être singulier abandonné sur un piano dont la vie restera accrochée aux touches noires et blanches… 

« Parce qu'un bateau, tu peux toujours en descendre : mais de l'Océan, non... » Alessandro Baricco le dit, et cette phrase pourrait se transposer à la perfection à André Dussollier : « Parce que d’une scène, tu peux toujours en descendre : mais du Théâtre, non…»Molière en 2015 pour Novecento, à partager avec ses musiciens et l’auteur génial, même si on sait bien : « qu’on va voir Dussollier surtout…». 

Sur scène, il y a la musique, incarnée par quatre géniaux jazzmen, et Dussolier, il est Novecento, et les autres : les passagers, l’équipage, … tout un monde coincé entre ciel et océan. Novecento est d‘abord une histoire d’amour entre un homme et la musique, avec peut-être pour maîtresse avouée l'océan. Un amour difficile, déséquilibré, cela tangue sur le roulis de la houle autant que sur les mélodies jazzys. Avec tendresse et délicatesse, le comédien explore son personnage, il trifouille au fin fond des sentiments à la manière d’un enfant qui dévoilerait le contenu d’un coffre à jouets oubliés. Puis, Dussollier, si respectueux du texte, laisse échapper son personnage vers le destin qu’il a choisi, l’instant est si poétique, difficile d’incarner l’ombre quand on est si lumineux ! Le bonheur de Dussolllier d’être sur scène rayonne de partout et a gagné les rangs des spectateurs. Totalement sous le charme. 

Laurence Caron

Nb : et toujours 10 euros la place pour les moins de 26 ans !

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel