Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jusqu'au 17 juin, « Mother’s milk » de la « Kibbutz contemporary dance company » au Théâtre de Paris

KIBBUTZ JPEG.jpgLe rendez-vous est pris. Désormais, la scène du Théâtre de Paris s’ouvrira à la danse chaque fin de saison.

Jusqu’au 17 juin, la Kibbutz Contemporary Dance Company (KCDC) offre le ballet Mother's Milk.

La compagnie israelienne fut fondée en 1970 par Yehudit Arnon (1926-2013), survivante des camps nazis. En 1996, elle confie la direction de la compagnie a un de ses premiers élèves du Kibbutz Ga’aton, le chorégraphe Rami Be'er.

Mother’s Milk est un hommage aux parents du directeur et chorégraphe de la KCDC. Ils ont disparu il y a deux ans, ils étaient des survivants de l'Holocauste.

De la danse comme un combat rapproché. Ce sont des corps secoués, arc-boutés, des dos pliés ou cambrés, des épaules fuyantes, parfois des formes écrasées, rampantes mais qui parviennent toujours à se redresser pour s’étirer en ensembles survoltés, puissants.
Comme nés de la terre, rien ne semble pouvoir arrêter les dix-neuf danseuses et danseurs de la KCDC. Mués par de belles et intenses personnalités, les interprètes ajoutent force à la chorégraphie de Rami Be’er. La danse, très technique, souvent inspirée au chorégraphe par les improvisations de ses danseurs, est d’une apparente spontanéité. Les intentions radicales s'articulent et s'accélèrent en des enchaînements rapides et fluides.

Rami Be’er raconte le drame sans s’y attarder. Les bras forment des boucliers à la violence inutile, la précision et souplesse des gestes préviennent les coups. L’engagement est total, inévitable, la vie est un combat et le temps est un allié. Sur des sons électro de Rami Be'er et Alex Claude, des couples se cherchent, se forment, se séparent, s'échappent et finissent toujours par se retrouver.
Le père du chorégraphe était architecte, il fut un des fondateurs de l’idée même du Kibboutz. C’est dire à quel point les histoires du chorégraphe, aussi violoncelliste de formation, sont empreintes de symboles. Pour Mother’s milk, on retiendra celui de l’espoir.

Laurence Caron

13 au 17 juin
« Mother’s milk » de la Kibbutz Contemporary Dance Company
Théâtre de Paris  15 rue Blanche, 75009 Paris.

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel