Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

violette wanty

  • Contact, compagnie DCA, Philippe Decouflé au Théâtre National de Chaillot jusqu'au 6 février

    contact6.jpgLa grande maison de la danse contemporaine, le Théâtre National de Chaillot, invite à prendre «CONTACT» avec la compagnie DCA de Philippe Decouflé.

    Il a été dit qu’il s’agissait d’une comédie musicale, d’un genre un peu hybride... pas tout à fait ; voici plutôt un "spectacle dans le spectacle", un show dingue, un cabaret sauvage, drôle, étonnant, touchant : le contact est établi.

    De la très belle danse mais aussi du théâtre, du cirque, de la musique, des costumes...
    Sur un fond de décor années 20, Broadway ouvre ses portes par une pantomime de claquettes, puis Faust soigne une entrée magistrale, sur ses talons Marguerite soupire. Aussitôt, ils sont rejoints par un danseur, ou plutôt une chanteuse, peu importe, un artiste donc, qui entame un numéro bientôt interrompu par un élan dramaturgique venu d’ailleurs, peut-être d’Absurdie ? Voici le tour d’un illusionniste coquin, ensuite une acrobate glisse le long d’une corde, une seconde s’y enroule, juste avant une danseuse a disparu dans une boîte, un ange passe,... Et Pina Bausch veille, souvent lorsqu’il est question de danse contemporaine, inspiratrice ou initiatrice, la grande prêtresse ne se fait jamais oublier. Ainsi, Philippe Decouflé arrête un regard bienveillant sur le mythique «Kontakthof» (1981-Festival d’Avignon), l’hommage est chorégraphique et magnifique, autant pour la rime que pour le sens.
    La musique occupe l'espace, et, pour la dompter, Pierre Le Bourgeois fait résonner le son abyssal et savamment maîtrisé de son violoncelle, il est en duo avec Labyala Nosfell, chef d’orchestre habité ou pop-star déjantée, un peu punk, un peu pop, un peu rock, ou tout à la fois, sombre et félin, grave ou aigue, le chanteur est archi présent.

    contact1.jpg

    L'oeuvre révèle l'artiste, puis l'homme...
    Manifestement, la théâtralité donne le ton, le vocabulaire est multiple et infini, le propos n’a finalement pas une grande importance tant le show est fantasque. Encore une fois, Decouflé soulève les pans du lourd rideau des préjugés pour nous laisser entrevoir la vérité ; une sorte d’envers du décor, et pas celui de n’importe quel spectacle : il y a des  messages envoyés, des influences dévoilées et des passions avouées, en somme voici la «Comédie Humaine» de Philippe Decouflé.

    Fédérateur, et d'une élégance intemporelle, l’univers circassien enveloppe l’atmosphère dans un esthétisme joyeux, même si parfois le questionnement est existentiel. Chanteurs, danseurs, comédiens, acrobates, ils sont tous merveilleux, les rôles s’échangent, se confondent, les interprètes en oublient certainement eux-mêmes leurs disciplines premières. Petit, grand, femme, homme, noir, blanc, et même une émouvante femme enceinte, tous réunis, tous artistes, déterminés à démontrer, le temps d’un spectacle, que les différences peuvent former la plus parfaite des harmonies : ainsi, cela est donc possible !
    Sans aucun doute, Decouflé est à la Danse ce que Fellini est au Cinéma.

    Laurence Caron-Spokojny

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer