Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Stéréo" jusqu'au 22 octobre à La Villette

La danse, le théâtre et la musique se rencontrent difficilement, un enseignement artistique très exigeant et donc trop catégorisé, un public en quête de repères culturels et des salles de spectacles peu adaptées participent peut-être à ce manque de liens entre ces arts. L'artiste français Philippe Découflé s’est toujours moqué de la complexité de cet environnement culturel très français, pendant la décennie géniale des années 80 pour la danse contemporaine (et pas seulement) il a peut-être été un peu regardé de haut par ses contemporains, pourtant il a été le seul à rendre cet art du mouvement accessible à tous. D’ailleurs un savoureux parfum de cette période se dégage de son nouveau spectacle « Stéréo » à La Villette, un groupe live (ultra bon), chant, guitare, basse, batterie, rock-pop, et souvent punk, s’illustre avec une troupe de sept talentueux danseurs. Ce spectacle entre en résonance avec le « Portrait » du plus jeune Mehdi Kerkouche, cette recherche de mixité des genres qu’elle soit physique, ethnique, sociale ou autres, portée par la voix des arts n’est pas nouvelle, Maître incontesté de cette filiation, il y a plus longtemps, Maurice Béjart en son époque avait déjà préparé le terrain.

Les exploits circassiens et l’extravagance des costumes font parties de la marque de fabrique de Découflé et participent à repousser les frontières de la scène pour toujours plus de magie. C’est la particularité de ce créateur de shows - toujours joyeux - il paraît un peu à l’étroit sur une scène et semble plus à son aise lors de grands évènements là ou sa créativité peut pleinement s’exprimer. Au sein du collectif, Découflé est attentif à l’individualité artistique de ses interprètes, choisis avec un instinct curieux et précis, il aime à cultiver les différences, ce qui paraît hors propos ou ce que l’on pourrait qualifier de « moche » devient toujours beau. S‘il faut pinailler, on admet que « Stéréo » souffre parfois de quelques longueurs dans sa première partie, pourtant il est impossible de ne pas être enchanté par l’enthousiasme de cette parfaite unité artistique. L’instant est toujours aussi ébouriffant et remuant, un spectacle total.

LC

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel