Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Duel opus 3, jusqu'au 15 avril, à la Gaité Montparnasse

affiche-duel-opus3-sans-partenaire.jpgA l’apprentissage sévère du solfège et à la confrontation solitaire avec de fragiles instruments, il se greffe parfois un désir d’indépendance, une volonté farouche d’expressivité autre... Les vibrations de la scène et le gouffre noir d’un parterre de spectateur agissent comme un aimant. Musiciens, certes, mais pas seulement ; la pianiste Nathalie Miravette et le violoncelliste Laurent Cirade dans Duel opus 3 se révèlent aussi d’habiles comédiens…
« Tom et Jerry » ou « Titi et Gros Minet » ont trouvé leurs alter égos scéniques…en musique ! 

Le très inventif metteur en scène Gil Galliot arbitre la partie. Scénarisation des sketchs, incrustations vidéos (par un film court très stylisé réalisé par Sébastien Cirade), et musicales (dont de brillantes touches électro activées par les Frères Cirade), lumières et fumées, voix off et effets sonores et même quelques cascades se chargent de propulser le duel en un véritable show. Le plateau du Théâtre de la Gaité Montparnasse est au bord de l’explosion. Les deux virtuoses sont d’intrépides combattants, ils créent un déluge de notes. Vivace, presto, prestissimo, les registres se traversent, pop, rock, folk, jazzy jusqu’aux accents les plus romantiques ou baroques du répertoire. Très naturellement, les enchaînements musicaux sont liés par des intermèdes humoristiques, hilarants pour certains, parfois musclés pour d'autres, quelquefois poétiques et très souvent tendres. Le charme espiègle de Nathalie Miravette se frotte à la rusticité burlesque de Laurent Cirade, l’alchimie fait des étincelles. Le rythme ne flanche jamais.
En musiciens avertis, et aguerris par des carrières bien menées (« En toute modestie » Nathalie Miravette et « Duel opus 2 » pour Laurent Cirade, pour les derniers en date), la pianiste et le violoncelliste font oublier les carcasses sacrées de leurs instruments, le piano et le violoncelle deviennent des accessoires comme le sont les masques qui dissimulent les visages des comédiens de la Commedia dell’arte.

Adoré, opposé et inséparable, le couple musical et infernal est d’une redoutable efficacité. Gil Galliot a su prendre la juste mesure des talents de ces artistes complets. Le champ des possibles ne craint aucun obstacle, Duel opus 3 ouvre sur une toute nouvelle dimension. Une véritable performance !

Laurence Caron

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel