Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Roi Arthur, jusqu’au 14 octobre, au Théâtre de l’Epée de Bois (Cartoucherie-Paris)

le roi arthur,cartoucherie,theatre de l'epee de bois,jean-philippe bêche,antoine bobbera,lucas gonzalez,jérôme keen,erwan zamor,marianne giraud-martinez,marie-hélène viau,franck monsigny,morgan cabot,fabian wolfromLa grande histoire, de la naissance à la disparition, d’un Monde. Une histoire d’Hommes étonnamment intemporelle. Un éternel recommencement. Sans fin. Mythique.

Un Monde s’évanouit, dissimulé à jamais aux yeux des Hommes par les feuillages sombres et épais de la forêt de Brocéliande. Les dernières palpitations de ce Monde font coexister un amour aux accents de drame antique, et, une épopée celtique légendaire de chevaliers aux bras armés par une religion qui tente de dépasser des croyances druidiques et chamaniques. L’espoir ambitieux symbolisé par la conquête du « Saint » Graal fait basculer les Hommes d’une obscurité à une autre…

Il est impossible d’échapper au folklore de la Table Ronde et à l’ambiance moyenâgeuse. Fondu d’entre les pierres humides, de chandeliers au fer forgé, de lumières claires obscures, de costumes de velours et de jutes, l’espace voulu par Jean-Philippe Bêche, auteur et metteur en scène, soutenu par les exigeantes créations lumières d’Hugo Oudin, s’y accroche. Il a raison. Le décor est une réussite. Seul et délirant, le bleu de la kitchissime robe de strass bleu de la fée Morgane tranche et reflète la personnalité tout à fait déraisonnable du personnage. Le voyage fantastique commence et envoûte son public. 


le roi arthur,cartoucherie,theatre de l'epee de bois,jean-philippe bêche,antoine bobbera,lucas gonzalez,jérôme keen,erwan zamor,marianne giraud-martinez,marie-hélène viau,franck monsigny,morgan cabot,fabian wolfromLes escaliers de bois qui descendent jusqu’à la magistrale salle en pierre du Théâtre de l’Epée de Bois ont la responsabilité de cet esthétisme époustouflant de beauté. Sur les percussions choisies de Aidje Tafial, l’enchanteur Merlin (Jérôme Keen), élégant et malin, sorte de Grandalf du Seigneur Des Anneaux, entraîne à sa suite une troupe de comédiens très exercés aux jeux dramatiques, ou chorégraphiques quand il s’agit des combats à l’épée réglés par François Rostain. C’est un cadeau que Jean-Philippe Bêche offre à ses artistes et ils lui rendent bien. 

Parmi eux, Fabian Wolfrom dans le rôle de Mordred, déjà remarqué dans Histoire du Soldat au Poche-Montparnassepoursuit son ascension et se dévoile toujours aussi talentueux.  

Le dépouillement apparent de la scène laisse la part belle au jeu. Sans concession, sans filet, le texte, délié et découpé juste comme il le faut, se libère énergique et naturel. Dans un rythme cinématographique, Le Roi Arthur est un rêve éveillé, assurément à voir par TOUS. 

Laurence Caron

 

Du jeudi au samedi à 20h30, samedi et dimanche à 16h

Crédit photos Cédric Vasnier

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel