Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René, jusqu'au 22 décembre

AFF-CCC.jpgEn 1913, Camille Claudel ne sculptera plus jamais. La liberté de la belle et géniale artiste dérange. Elle a trente-huit ans, sa famille l’interne dans un asile psychiatrique. Elle y restera pendant trente ans dans des conditions terriblement précaires jusqu’à ce qu’elle quitte ce monde pour un aller simple dans la fosse commune, dans l’anonymat le plus total.

De la difficulté d'être une femme artiste...

Hélène Zidi et sa fille Lola sont Camille Claudel. Les deux comédiennes se partagent la vie de la sculptrice en invoquant jeunesse et vieillesse, espoirs et désespoirs, passions et déceptions. De ses amours tumultueux avec Auguste Rodin dont elle fut l‘élève, puis l’assistante et la muse, il reste aujourd’hui une oeuvre immense, un miroir dans lequel on perçoit les reflets de l’inspiration, et de l’admiration, du Maître pour sa jeune élève. 

Trahie par la vie, par la société, par Rodin et par sa famille, Camille Claudel a souffert au point de finir par se barricader dans son atelier. Sa famille et surtout sa mère l’enfermeront dans un asile psychiatrique pour cacher cette honteuse fille, au talent si masculin et aux amours interdits, si éloignée du destin bourgeois que l’on lui destinait.


De cette tragique histoire on ne ressort pas indemne. Lola Zidi est tout en fraicheur et détresse tandis qu’Hélène Zidi, aussi auteure de la pièce, est tout en cynisme et colère. Les illusions de la jeunesse se transforment en désillusions. Intense, le duo mère fille se jette dans une interprétation sans concession, à corps et âmes perdus. Juste, la voix de Gérard Depardieu incarne Rodin telle qu’on la connaît depuis le film de Bruno Nuytten en 1988. Les deux femmes se nouent parfois par quelques mouvements chorégraphiques, des flottements souples, aériens, des respirations. Un temps. Puis tel un insecte pris dans de la glue impossible à quitter, Camille se débat, elle appelle à l’aide. 

hélene zidi,lola zidi,camille claudel,camille contre claudel,festival off avignon,theatre du roi rené

Si sa mère ne l’a pas entendu, le cri de Camille Claudel a pourtant traversé l’espace et les époques, pour arriver jusqu’à nous. Bouleversée, Camille ne nous quittera plus. 

Après ses succès en Avignon en 2016 puis en 2017 au Festival Off, « Camille contre Claudel » est aujourd’hui Paris au Théâtre du Roi René jusqu’au 22 décembre.

Il est possible de penser qu’une immense douleur amoureuse peut mener à la folie, mais "Camille contre Claudel" est surtout une piqûre de rappel douloureuse sur les raccourcis employés par l’Histoire pour se débarrasser de ce qui est gênant. 

Laurence Caron 

 crédit photo : Julien Jovelin

 

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel