Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bells and Spells au Théâtre de l'Atelier

aurélia thierrée,victoria thierrée-chaplin,théâtre de l'atelierPour Bells and Spells la scène du Théâtre de l'Atelier déborde. Ce sont des masques extraordinaires, des habits aux couleurs du temps, des danses folles, des étoffes scintillantes, des êtres surnaturels qui s’animent, des chapeaux ou des abats jours ravissants, des peintures qui prennent vie et des décors qui glissent comme sur l’eau.  L’univers de Bells and Spells d’Aurélia Thierrée, dessiné par sa mère Victoria Thierrée-Chaplin, est complètement dingue. Une folie douce au demeurant car c’est toujours d’amour dont il s’agit.

Après L'Oratorio d’Aurélia et Murmures des murs, dans Bells and Spells Aurélia Thierrée est cleptomane d’objets de toutes sortes ; rebelles et orgueilleux, bijoux et breloques finiront par prendre possession de la naïveté de leur ravisseuse. 

aurélia thierrée,victoria thierrée-chaplin,théâtre de l'atelierAccompagnés par des artistes aux mines déconcertantes, Aurélia Thierrée et Jaime Martinez forment quelques pas de deux sous lesquels naissent des mondes oniriques et drôles. Du fond de ses grands yeux bleus étonnés et de son sourire confiant, Aurélia Thierrée s’émerveille du monde et s’applique à transmettre avec une grande justesse tout cet enchantement au public.
Des spectateurs suspendus, médusés, transportés ailleurs. 


Avec l’insolence d’une fée, elle transforme les choses les plus simples, autant que les sentiments les plus humbles, en trésors inestimables, cela n’est pas s’en rappeler le talent de son illustre aïeul. Lissé par un sens du surréalisme audacieux, les époques se mélangent des années 30 au Moyen-âge, un rétropédalage sur une machine fantasque faite de portes manteaux grinçants qui pourrait sembler un brin mélancolique mais qui fait appel surtout à un vocabulaire artistique original se moquant bien de l’espace et du temps. 

En écho à son frère James Thierrée qui mène tambour battant son « Raoul » à la Scala de Paris, l’alchimie créée par la mère et la fille Thierrée-Chaplin assemble imagination et ingéniosité pour un spectacle à la beauté sincère et pure.

Laurence Caron

photo ©Richard_Haughton

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel