Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 1h22 avant la fin » à la Scala

1h22 avant la fin,matthieu delaporte,alexandre de la patellière,kyan khojandi,eric elmosnino,adèle simphal,marie cheminal,françois hubert,laurent béal didier brun,anne schotte,romain scrive,arthur lamon,léa moussy,stéphanie laurent,didier brun,jerome rebotier,la scala,mélanie et frédéric biessyDans la création artistique qu’il s’agisse de théâtre ou de cinéma c’est quand même plus sympa d’être à deux ! Impossible de ne pas penser au duo lumineux et culte formé par Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui. Le « tandem Jabac » selon l'expression inventée par Alain Resnais a créé notamment de formidables passerelles du théâtre au cinéma, comme pour Cuisine et Dépendances au Théâtre Montparnasse (1992), un triomphe qui a été projeté deux ans plus tard au cinéma, ou un Un air de famille au Théâtre de la Renaissance (1994) qui a suivi la même voie.  Comme leurs aînés, presque vingt plus tard, les complices Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte avancent eux aussi en duo. En 2010, ils ont fait un carton plein avec Le Prénom (mise en scène de Bernard Murat) au Théâtre Edouard VII, fait rare à Paris la pièce a été jouée près de 250 fois. Puis, ce succès théâtral a été prolongé dans sa version cinématographique pour être célébré en 2013 par les Césars des meilleur(e)s acteurs-trices pour Valérie Benguigui et Guillaume de Tonquédec.  « 1h22 avant la fin » qui se joue actuellement est leur nouvelle création, le texte est de Matthieu Delaporte, Alexandre de La Patellière l'a rejoint pour la mise en scène. Sur le boulevard de Strasbourg, Mélanie et Frédéric Biessy les ont conviés sous le toit de La Scala, un abri éclectique reconnu comme rassembleur de talents. Il est aisé de comprendre à quel point l’attente du public est grande… c’est la rançon du succès.

« Pas facile de mettre fin à ses jours quand on cherche à vous assassiner »

C’est le postulat de départ. Grinçante, délicieusement cynique, funeste et pourtant drôle, la comédie du duo La Patellière /Delaporte répond aux codes et au ton savoureux attendus. Mais pas uniquement. A un tournant de la pièce, j’ai pensé au « Visiteur » d’Eric-Emmanuel Schmitt (paru en 1993) pour la dimension ésotérique et aussi psychanalytique. Car, si le duo à cœur de nous faire rire c’est pour mieux parler de nous. Cette écriture est sans concession, elle trifouille des recoins obscurs comme la solitude et l’échec, ou bien la peur et le regret. Seulement avec le pouvoir magique de la scène et l’humour élégant des deux compères, le théâtre nous arrache du quotidien tout en nous offrant une certaine distance face aux évènements.

S’interroger sur l’existence, s’arracher du réel pour finalement... en rire
Entre la profondeur des sentiments jusqu’à leur noirceur et la volonté de divertir un large public, l’équilibre est extrêmement difficile à tenir. Le rythme de la pièce est parfois un peu hésitant, il semble faire trépigner Kyan Khojandi, dont le rôle difficile est pourtant sensé tenir la colonne vertébrale de cette tragi-comédie... Cependant, exceptionnel toujours, Éric Elmosnino avec son allure nonchalante qui le caractérise se débrouille de tout. La sincérité et la virtuosité du comédien transforment ce qui est de l’ordre de l’immatériel en poésie avec une maîtrise parfaite.  Et puis, il y a Adèle Simphal. La comédienne a la fragilité du verre, le coupant et l’éclat : une jeune artiste à suivre avec la plus grande attention.

Enfin, en ouverture, intermèdes ou virgules, la musique inventive de Jérôme Rebotier, exercé jusqu’alors aux musiques de films, fait aussi le grand écart : entre une profondeur émouvante incarnée notamment par des parties de violoncelle, et un humour léger texturé en « palala » qui font savoureusement penser à la grande tradition des films de comédie français…

Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière ont un véritable don pour l’observation de notre espèce, ils saisissent les affres du temps, brossent des portraits tout en les parant d’humour pour qu’ils soient plus beaux...  « 1h22 avant la fin » est à découvrir jusqu’au 26 février à La Scala. Dans cette salle de spectacles, où l’architecture chaleureuse dessinée par Richard Peduzzi, tient sa promesse de vivier à succès, il est à noter la reprise de « Une Histoire d’amour » d’Alexis Michalik (Molière 2020) à 19h jusqu’au 26 mars.

Laurence Caron

 

Texte de Matthieu Delaporte
Mise en scène Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière
Avec Kyan KhojandiEric ElmosninoAdèle Simphal
Scénographie – Marie Cheminal
Régisseur général – François Hubert
Lumières – Laurent Béal Didier Brun
Costumes – Anne Schotte
Construction Décor – Romain Scrive et Arthur Lamon 
Assistante – Léa Moussy
Assistante scénographie – Stéphanie Laurent 
Assistant lumière – Didier Brun

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel