Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PIERRE-AUGUSTE RENOIR, MON PÈRE par Marcel Maréchal au Théâtre du Poche-Montparnasse

marcel maréchal,renoir,poche-montparnasseEn 1996, j’ai découvert Marcel Maréchal pour la première fois sur scène dans « En attendant Godot » de Samuel Beckett entouré de Pierre Arditti, Jean-Michel Dupuis et Robert Hirsch au Théâtre du Rond-Point. Ce fut dingue ! Un chef d’œuvre servi par une distribution magistrale. Cette fois-ci au Théâtre de Poche-Montparnasse, Marcel Maréchal est seul en scène, il s’attache à un texte ou plutôt à un homme, le peintre impressionniste Pierre-Auguste Renoir, dans la lecture de : "Pierre-Auguste Renoir, mon père".

Prenant forme et même vie sous la tendre et fine plume du fils, le cinéaste Jean Renoir, Marcel Maréchal raconte Pierre-Auguste Renoir. L’atmosphère du Poche-Montparnasse se charge d’une énergie artistique, presque mystique, incomparable.

Evidemment plus de soixante ans de carrière ne laisse pas indemne, Marcel Maréchal a des hésitations, qu’il parsème d’élégants « pardon » ou « mais non plutôt » glissés comme des confidences et que le public accepte avec l’envie de lui répondre « mais non cela n’a aucune importance ». Cette fragilité apparente ajoute une émotion tout à fait particulière, Marcel Maréchal est à la fois le fils qui écrit puis le père qui est décrit, une sorte de lecture à deux voix, d’une sincérité qui fait poindre des perles de larmes aux bords des cils. Au creux de cette intimité, mêlée d’admiration, d’amour, et d’une profonde compassion allégée par un humour à toutes épreuves, Jean Renoir dessine une époque d’une créativité inouïe et Marcel Maréchal n’a pas de peine à tutoyer Caillebotte, Monet ou Degas.

Dans une nature affolante de beauté, celle du domaine des Colettes à Cagnes-sur-mer, en passant par le petit village d’Essoyes dans l’Aube, jusqu’à un Paris débordant de créativité qui monte au pied du Moulin de la Galette, l’espace et le temps n’éloignent ni ne séparent les artistes, l’art par le prisme de la scène a cette faculté unique de réunir.

Pour le plus grand bonheur du spectateur qui, immanquablement, au sortir du théâtre, souhaite aller se régaler des tableaux de Pierre-Auguste Renoir, avaler la filmographie de Jean Renoir ou plus simplement se plonger dans la lecture de la très juste prose de Jean Renoir « Pierre-Auguste Renoir, mon père » (Folio). Ce Renoir dit par Marcel Maréchal est une œuvre à part entière, le fils n’a jamais filmé le père mais comme il l’a bien écrit ! A ne rater sous aucun prétexte.

Laurence Caron

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel