Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Producteurs au Théâtre de Paris

theatre de paris,alexis michalik,serge postigo,benoit cauden,david eguren,les producteurs,andy cocq,spectacle musical,regis vallee,roxane le texier,alexandre bernot,loai rahman,leo maindron,sebastien paulet,herve lewandowski,melissa linton,veronique hatat,eva tesiorowski,marianne orlowski,carla hugonLa production de spectacles musicaux au Théâtre de Paris est une tradition lointaine, presque oubliée, et assurément regrettée. Des années 70 avec les opéras bouffe d'Offenbach mis en scène par  Maurice Lehmann comme La Périchole ou Barbe-Bleue, jusqu’à Cats et Starmania à la fin des années 80, l’espace scénique du Théâtre de Paris a plusieurs fois prouvé être un écrin parfait pour accueillir chanteurs, musiciens et danseurs. D’ailleurs, Alexis Michalik, l’auteur et metteur en scène, spécialiste des succès à la pelle - comme Le porteur d’histoires, Le cercle des illusionnistes, Edmond ou plus récemment d’Une histoire d’amour - ne s’y est pas trompé et le public, habitué à sillonner ce petit Broadway parisien formé par le Théâtre Mogador, Le Casino de Paris, et le Théâtre de Paris, s’est engouffré à sa suite pour aller applaudir Les Producteurs.

L'œuvre The Producers a été réalisée à l’origine sur grand écran par Mel Brooks et Thomas Meehan en 1968. Trente ans plus tard, la version scénique a totalisé 2502 représentations en 2001 au Saint-James Theater de Broadway, ce qui lui a valu d’additionner un nombre record de nominations au Tony Awards pour une comédie musicale. Enfin, parce qu’en matière de music-hall il est vital de battre le fer pendant qu’il est chaud, une production londonienne s’est engagée dans cette voie par une tournée triomphante à travers le monde…

"Dans certaines circonstances un producteur pourrait gagner plus d'argent avec un four qu'avec un succès... (Les Producteurs)

Avec un mauvais goût assumé, le pitch du film déployant une charge humoristique qui vise le régime nazi, et en particulier la figure d’Hitler, a pour conséquence l’interdiction de sa diffusion sur le territoire allemand dès sa sortie. La guerre est pourtant dépassée de près de trois décennies… Le burlesque hystérique et la débauche de moyens et d’énergie des Producteurs sont autant de messages distillés par Mel Brooks afin de ridiculiser le III ème Reich ou bien encore l’industrie du spectacle et ses magouilles. Cet ensemble, singularisé par des personnages effroyablement mégalomanes, est parfaitement bien perçu par Alexis Michalik qui en offre une lecture toute aussi dingue et bourrée de références piquées chez ses aînés... Le rythme est effréné, les artistes sont déchaînés : du chant, plus ou moins bien maîtrisé, aux numéros de claquettes simples mais efficaces, jusqu’aux démonstrations comiques délicieusement transgressives, le spectacle bat son plein et le public est comblé. On retrouve l'esprit de troupe, une particularité des spectacles de Michalik, cette générosité et ce bonheur de jouer des artistes ont le don de gagner les rangs du public. Côté cour et côté jardin, les musiciens occupent astucieusement les loges qui bordent la scène, une élégante façon de mettre en valeur la musique live tout en profitant de la profondeur totale de l’espace scénique.

Ces artistes-là n’ont pas froid aux yeux dès qu’il s’agit de chanter, de danser, de grimacer ou même de caricaturer, chacun trouve matière à s’exprimer et à jouer des coudes pour remporter les faveurs du public. Le second degré est de rigueur et la rigolade se saupoudre de quelque chose de suranné, un rien grandguignolesque. Des prolongations ont été annoncées, il est donc encore temps de réserver, un spectacle avec des artistes en nombre, fourni de décors et de multiple costumes, est précieux en ces temps de post covid.

Laurence Caron

Lien permanent Catégories : EN FAMILLE, SCENES 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel